test Alienum phaedrum torquatos nec eu, vis detraxit periculis ex, nihil expetendis in mei. Mei an pericula euripidis, hinc partem.

: +33 6 32 11 57 62 ou +51 916 590 615

 

Blog

La Planète en Vélo - Jonathan Flouret / Blog  / [Récit] Virgen Del Carmen à Paucartambo !

[Récit] Virgen Del Carmen à Paucartambo !

Chaque 16 juillet à lieu l’une des plus importantes fêtes du Pérou : Les processions en hommage à la Virgen Del Carmen à Paucartambo.
J’y étais pendant 1 jour et demi… et en voici quelques explications et récit de mon passage sur ce moment très coloré et musical !

J’avais prévu un voyage en avion dans le secteur de Cusco avant de prendre le large avec mon vélo.
Quand l’opportunité se présente je préfère partager mon voyage et ce coup-ci ce sera en compagnie de ma belle-famille… et quel programme !
Tout d’abord les fêtes de Paucartambo… ensuite Cusco, coeur de l’empire Inca pour rejoindre ensuite la citée perdu de Machu Picchu !
Retrouvez-ici la Partie Paucartambo – Installez-vous bien dans votre fauteuil, il y en aura pour votre lecture !

Après un vol tout ce qu’il y à de plus normal entre Lima et Cusco, je saute donc dans un bus qui va m’emmener vers Paucartambo à près de 3 heures de là. Ici aussi les vallées sont immenses, c’est le coeur de la Cordillère des Andes et bien-sûr les routes sont construites en conséquence : d’abord correctes, assez larges… très vite nous rejoignons une piste à passage unique avec des bords vertigineux. Âmes sensibles d’abstenir !
De 3400 mètres (Cusco) je redescends à 2 830 m d’altitude. une bonne entrée en matière pour s’habituer à l’altitude.

Le village est est en effervescence déjà alors qu’il n’est que 10h du matin… Alors que je recherche de quoi manger mon petit déjeuner je croise déjà dans les vas-et-viens des personnes costumées, des musiciens… en plus des habillements locaux traditionnels et des touristes aussi présents (plutôt des nationaux). Je vais rester ici jusque demain midi, découvrant les corporations, la procession dans les rues jusqu’au soir ainsi qu’une autre partie dans le cimetière avec des rites pour les derniers morts (entre autre)…

Des milliers de croyants (ou moins croyants) sont réunis pour vénérer la Vierge del Carmen (appelée aussi Mamacha Carmen) patrone des métisses !
La fête bat son plein depuis Vendredi… mais la vierge va défiler dans les rues aujourd’hui avec tout son cortège réglé et pensé au millimètre.
Tous les rites sont exprimés en Quechua ou espagnol et présentent un mélange d’anciens temps (avant la colonisation) et de célébrations du christianisme (la vierge) amenées par les espagnols lors de la colonisation dont ils ne ratent pas l’occasion de se moquer.

Toute la journée, le point central est la Plaza Mayor. Les différentes corporations se rassemblent pendant la messe en cours dans l’église… bien trop petite pour accueillir tous les dévots !
Alors en attendant on lance des poupées et des meubles miniatures  depuis le balcon au côté des lamas sacrés, tranquillement installés sur le balcon.
C’est aussi l’occasion de faire un peu de propagande politique pour les élections à venir avec les bonbons estampillés aux couleurs du candidat !
Dans chaque coin, les corporations se montrent avec leurs musiciens, présentant à la population les chorégraphies ingénieuses qui représentent des passages de l’histoire du Pérou.

Les principales danses qui accompagnent « La Virgen del Carmen »

Dansaq
« Dansaq » ou « Tusuq », danses autour de la séduction… que ce soit pour les jeunes filles au passage de leurs 15 ans (passage important en amérique du sud), les séducteurs ou les consolateurs de veuves… C’est l’un des groupes avec des costumes les plus colorés et élégants à voir danser.

Chunchachas 
Ce groupe représente les jeunes femmes de la jungle de Kosñipata, avec un métissage à travers les vêtements qu’elles portent. (héritage de mouvements de populations dans la région).

Quhapaq Negro 
Cela signifie « Noir Riche » en quechua, remémorant l’époque des esclaves noirs importés dans le pays… Les « noirs » de Paucartambo se considèrent comme les esclaves de la Virgen del Carmen à qui ils offrent sa belle et merveilleuse danse ainsi que ses chants sentimentaux.

Quapq Qolla
Ce groupe représente les habitants de Quollasuyu, éleveurs millénaires de Lamas. Ils vinrent à Paucatambo pour faire du commerce. Ils sont joyeux et joueurs. Leur danse raconte l’histoire du « llamero » (éleveur de lamas) à différentes étapes de sa vie.

Quapaq Ch’uncho 
Ce sont les guerriers de Kositpata dans la jungle à l’époque coloniale. Leur danse est une version du Chunchu, et son considérés comme les danseurs préférés de la Virgen Del Carmen. Ils sont tout au long de la procession autour de la vierge, tels ses protecteurs.

Ils sont au nombre de 12 groupes.
Il y à les banderilleros qui font des simulations de tauromachie… pour se moquer des espagnols…
Il y aussi ces ces danseurs aux styles colonisateurs grossiers…

 

La procession… point central de la fête
Après la messe et les danses aux 4 coins de la place centrale… Commence alors la procession dans les rues qui accordera la protection de Vierge.
Chacun à sa place dans le cortège, dans un ordre précis. En hommage à la vierge, ses protecteurs les plus proches progressent en marche arrière.
Il y aura défilé tout l’après-midi jusqu’au soir pour revenir à l’église.

Une petite vidéo vaut mieux que des explications… en voici une !

No Comments

Post a Comment