test Alienum phaedrum torquatos nec eu, vis detraxit periculis ex, nihil expetendis in mei. Mei an pericula euripidis, hinc partem.

: +33 6 32 11 57 62 ou +51 916 590 615

 

Blog

La Planète en Vélo - Jonathan Flouret / Blog  / [Récit] Le départ enfin !

[Récit] Le départ enfin !

Branlebas de combat, aujourd’hui c’est décidé, c’est le grand jour du départ ! Initialement prévu mi-février, je n’ai fait que reporter ce jour… et j’ai parfois l’impression que Je n’ai pas plus avancé sur ce que je devais avancer ! bref, j’y suis… voilà 6 mois que je suis décidé… 6 mois que j’achète petit à petit le Matériel qui Je l’espère m’emmènera au plus loin !
J’ai réuni le vélo, les sacoches, la tente, le duvet (chaud… car à mon premier test je m’étais gelé toute la nuit !), un ordi et des caméras histoire de partager tout ce bonheur !!
Bon pour ce qui est du matériel, dis comme ça, ça semble simple… mais ça ne l’est pas vraiment… légèreté, autonomie, praticité, réalisme… tous ces critères que l’on ignore délibérément quand on jette le tout dans un voiture pour partir au loin… ici chaque détail compte et ce qui ne fait pas l’affaire sera soit exclu du paquet, soit remplacé.

Le budget aussi est toute histoire… et c’est aussi la ligne directrice du voyage… soit on a de l’argent et on peut se permettre du luxe partout… soit on fais des choix et impasse sur certaines choses…

matériel = checked… budget=checked… formalités=checked… santé=checked… 1 billet d’avion pour l’amérique du sud = checked…

Voilà toute la liste remplie et me voici sur le départ ce Jeudi 29 mars 2018 !
Le projet est à la fois simple (un vélo, un peu de matériel pour une vie de vagabond) et démesuré (l’idée de départ était un tour du monde mais je me suis ravisé dans mes paroles…. Aujourd’hui c’est voyage test en Espagne – même plus le Portugal – et traversée du sud au nord de l’Amérique !)

C’est un peu en cachette que je pars de la maison. Je m’étais bien dit je vais faire un pot de départ, marquer le coup… mais je n’ai rien fait de cela. Fatigué d’organiser, fatigué de concilier, fatigué d’anticiper qui pourra venir et qui ne pourra pas… Les voisins sont là, ils viennent rouvrir leur maison après l’hiver passé dans le sud… je ferme discrètement  la maison,  et je me faufile vite fait vers la route qui n’attend plus que moi ! pas d’explications… je suis parti et plus de retour en arrière possible… enfin sur le papier car dans la tête c’est autre chose, il serait si facile de revenir tant que je n’ai pas mis plusieurs jours de distance… c’est d’ailleurs une idée qui va me chatouiller pas mal au début !

Direction Langogne pour quelques emplettes et surtout un dernier repas improvisé avec quelques bons amis ! Ce n’est pas le ventre vide que je pars mais le cœur plein d’encouragements mêlés pour certains / certaines à de la tristesse. Je suis sur un départ sans date de retour… voitures vendues et entreprise fermée… animaux dispersés pour la plupart….

Il est déjà près de 15h quand j’entreprends mon périple et l’objectif du jour est d’amorcer le voyage… pas Plus.
Je repasse donc vers chez moi puis Rocles au large… Chastanier… je rejoins la vallée du chapeauroux que je vais remonter jusqu’à Chateauneuf de Randon. Difficile départ, cette direction n’est que montée progressive voir faux plat… presque jamais le vélo n’avance sans coup de pédale. Le soleil est au rendez-vous, il fait doux – tout au moins super pour faire du vélo – mais le vent s’est invité.
En partant je m’étais dit chouette il vient du Nord il devrait me pousser… erreur il est maintenant face à moi, même si pas trop fort.
Alors dans ces montées / faux plats sans fin, l’esprit travaille mais est encore pollué par tout un tas de parasites du quotidien des sédentaires. Il faudra sans doute plusieurs jours pour sortir ces idées, les évacuer !
et la route monte… encore et encore.
Je n’ai pas envie d’emprunter la nationale et il me faut donc faire des choix : soit à gauche avec  des montées pas possibles, des descentes en traversant les vallées voisines… soit je monte assez fort, mais je reste en direction de paysages que je connais et dont je ne me lasse pas.

après des lacets impressionnants ça monte sévère (moi qui suit sans entrainement !) de pente vers le lac Charpal ! Le 40 eme km est terrible… les yeux rivés sur le compteur… passe son temps à naviguer entre « auto-start » et « auto-stop », les chiffres ne bougent quasiment pas… hormis la vitesse qui ne fait que baisser !

13 km/h… 10…7… 5,8…5… arrivé à ce stade même plus la peine de pédaler, je vais aussi vite en marchant à côté… putain que ça grimpe !
Mais tout effort est récompensé… alors que le froid et la nuit gagne le lac, j’arrive pour des couleurs de coucher de soleil magnifiques, et un ciel limpide.
La nuit s’annonce encore plus froide ! J’installe le campement… un peu chaotique pour cette première nuit… une bonne soupe pour se réchauffer et zouh au lit ! c’est qu’il ne fait vraiment pas chaud… peut être 2 ou 3 degrés !

J’en profite au passage pour bruler ma veste goretex… et c’est là que je me suis dit, heureusement que je n’ai pris que des vieilles affaires ! 1 journée et 1 manche brulée !

Bercé par le bruit de la cascade au loin et les chevreuils qui hurlent, le fin bruit du vol de chauve-souris et la chouette qui ulule dans le fond… je m’endors paisiblement plein de bonne Fatigue de cette journée.

 

 

No Comments

Post a Comment